Quelques heures après la fin du Championnat d’Europe, échange avec Ludovic Sarron, entraineur
des Français qui terminent 8ème.

France Basket Fauteuil: Il est évidemment trop tôt pour faire un bilan complet. Mais à chaud, quels
sont tes sentiments par rapport à cette 8ème place ?
Ludovic Sarron : Ah le match contre l’Italie a fait naître une grande déception dans le groupe parce
qu’on avait quand même le sentiment que ce match là était à notre portée et malheureusement notre
maladresse habituelle s’est de nouveau retrouvée sur ce match là. Bousculée au début par l’attaque
italienne, notre défense en 2 1 2 a finalement bien contenu leurs offensives. Malheureusement malgré
de bons spots tant à l’intérieur que à mi-distance nous avons beaucoup trop loupé pour réussir à passer
devant alors que nous avons recollé au score à plusieurs reprises. Mais sinon nous sommes très heureux
et très fiers de cette huitième place car c’était notre objectif en arrivant en Pologne.

FBF : Vous vous être confrontés aux meilleurs, notamment les Champions du Monde en Titre et également
forcément les futurs Champions d’Europe. Qu’est ce qui t’a le plus impressionné chez ces équipes ?
LS: Je pense que les différences tiennent sur deux
points. Le niveau physique individuel de toutes les équipes. Toutes les classifications sont en
capacité de rouler fort et de rouler vite et ça se sent principalement sur leur vitesse à sortir
sur nos spot de shoot. On s’est retrouvés très en difficulté à cause de la vivacité et de l’agressivité
défensive. Et le deuxième point c’est évidemment l’adresse. Quand on compare les pourcentages de réussite
de ces nations là et de la nôtre on se rend compte qu’il y a un fossé. C’est le volume de shoots hebdomadaires
qui fait toute la différence. Pour avoir échangé avec des joueurs d’autres nations, certains réalisent 5000
shoots par semaine. Le basket est un sport d’adresse il n’y a pas de secret nos joueurs doivent augmenter
considérablement le nombre de shoots pris chaque semaine à l’entraînement.

FBF : A titre personnel, c’était ta première grande compétition en tant que coach. Comment l’as tu vécu ?
LS : Ça restera évidemment une expérience inoubliable
tant sportivement qu’humainement. J’ai pris conscience du volume d’information qu’il faut être en
capacité de traiter chaque jour pour réussir à amener l’équipe vers plus de performance que ce soit
l’état psychique ou physique des joueurs, les niveaux de fatigue, les applications de chacun sur le
terrain et le tout en répondant à la stratégie et aux performances de l’équipe adverse. Et je suis
réellement ravi pour eux qu’ils aient pu obtenir cette 8ème place.

FBF : Allez la question piège pour finir… qui sera champion d’Europe ?
LS : Pour ce qui est du champion je vais mettre
une petite pièce pour l’Angleterre. Nous avons affronté ces deux nations, l’Espagne est très
impressionnante par son impact physique et sa capacité à jouer avec 4 grands aussi dangereux
à l’intérieur qu’à mi distance. Mais en face le jeu anglais est d’une fluidité et d’une efficacité
troublante donc je les vois gagner d’une courte tête. Une chose est sûre nous allons assister
à une très très belle finale.

Merci vraiment à Ludovic Sarron pour avoir toujours été disponible pour partager avec nous ses
impressions et vivre ce championnat d’Europe au plus proche de l’équipe de France.